27.11.09

la faculté



j'avais depuis toujours cette faculté à provoquer chez l'autre le désir de me confier sa vie sentimentale, voire sexuelle : ainsi, les agents de sécurité de l'institution qui m'employait alors et dont les carcasses massives venaient s'épancher sur mon pupitre, les étudiants de l'école d'art pour laquelle je posais et qui considéraient ma nudité comme un appel à me parler de la leur, ou plus récemment ce restaurateur qui avait vanté à ma table tous les mérites des plages échangistes du cap d'agde — j'achetais du boudin noir et quatre tranches de jambon quand le boucher, avec lequel j'entretenais une relation amicale sereine, s'était brusquement plaint des confidences que sa clientèle venait lui faire, particulièrement cette femme que son mari ne faisait pas jouir, alors que lui

3 Comments:

Anonymous Coumarine said...

tu as des yeux qui savent écouter...rare ça!

18:44  
Anonymous lo said...

je suis sensible au compliment, coumarine
lo.

13:10  
Anonymous Nicolas Bleusher said...

Du boucher qui fait l'amour avec l'une de ses clientes :

- Y'en a un peu plus : je vous l'mets quand même ?!

09:39  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home