25.8.09

le sacrifice



j'avais terminé mon projet dans la nuit, incapable de dormir à cause de phrases qui ne me plaisaient pas et que je me levais pour modifier, reformuler, effacer ou confirmer d'un mouvement de tête silencieux, plus j'avançais dans sa complétude, plus j'avais pris de la distance par rapport à son sujet : la mort ne me hantait plus, elle s'éloignait de moi et me rendait à la vie qu'elle avait bouleversée pendant presque quatre ans de ses coups de faux imprévisibles et de ses menaces permanentes, il avait fallu lui sacrifier six taureaux et cent cinquante mille signes pour qu'elle me laisse enfin en paix, j'avais bouclé un cycle, fermé une porte, je passais à autre chose

3 Comments:

Anonymous claire said...

Merci pour ce billet, Lo, je n'ai pas lu depuis longtemps quelque chose qui me fasse tant de bien.

17:06  
Blogger François le niçois said...

Vivement la suite. Certaines mises à mort précédentes avaient parfois été dures. Cet apaisement est un plaisir.
Merci lo et jpp

20:27  
Anonymous Hugo Ceretti said...

la vie est un éternel recommencement...
Bientôt le taureau aura changé de visage et continuera à rentrer dans l'arène, l'oeil inquiet et les naseaux fumants à prendre des banderilles et attendra la mise à mort de ses pairs en courbant l'échine, résigné...
Taureau ,écrivain même combat.

21:29  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home