22.8.09

l'alguazil



on avait tourné autour de la table plusieurs fois avant de choisir sa place, à la manière des animaux sauvages à la recherche de leurs marques, l'alguazil s'était installée face à moi, les clés en mains, on avait évoqué le paseo et la nervosité du cheval qu'elle montait, les passes de capote et le rôle des banderilles, la saignée des picadors, le poids de la muleta et la maîtrise du torero, le trajet de l'épée, à partir d'un point stratégique de quelques centimètres sur le dos du toro qui permettait à une estocade parfaite d'achever la vie de la bête en traversant son cœur, la nécessité du descabello parfois, et de la puntilla toujours — on mangeait un carpaccio de taureau tranché fin, citron et huile d'olive, on n'en perdait pas une miette

4 Comments:

Anonymous elimson said...

la mort a t 'elle meilleur gout avec citron et huile d'olive?

21:59  
Anonymous lo said...

no smile, no fear, no answer
(no)lo.

22:05  
Anonymous Anonyme said...

I'm very impress
no name

22:03  
Anonymous Abha said...

you've not missed anything... sauf, maybe... the view from the sides. as an aside, horses have the largest eyes of any land mammal and panoramic vision with each eye but to see well on the side they must turn their whole head/body

09:59  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home