6.1.09

le minotaure



on enfilait des gants bleus, un masque en plastique par-dessus le nez et on plongeait dans les souvenirs, on détruisait méticuleusement les papiers vieux de plus de dix ans, on balayait la poussière et on compactait les cartons pourris par le temps, on emplissait des sacs de cent litres de gravats et de plumes d'oiseaux déchiquetés par les chats, on remontait de la cave le dos voûté, esclaves d'un passé qui, malgré le nettoyage scrupuleux, continuait d'habiter le sous-sol, à son aise dans l'obscurité et l'humidité une fois la porte refermée sur lui, comme un minotaure desséché, tapi au fond de son labyrinthe, attend en grimaçant sa pitance

4 Comments:

Anonymous Anonyme said...

Dis le à la montagne...

16:33  
Blogger natouO said...

sympa le commentaire d'anonyme, c'est en effet un excellent bouquin!

j'aime beaucoup la photo, je crois avoir la même d'ailleurs...nous serions-nous croisés sans nous voir?

la cave..? pourquoi veux tu ranger ta cave? le principe d'une pièce extérieure n'est-il pas de pouvoir contenir dans un aléatoire le plus total ce que l'ordre établi des pièces de la maison, la bienséance leur interdit?

07:48  
Anonymous lo said...

l'anonyme est surtout mélomane, nat, et nostalgique de la magie de noël
quant au rangement, l'avouera-t-on? une compulsion supplémentaire
lo.

12:54  
Anonymous unevilleunpoeme said...

Il brille beaucoup le M'sieur au centre de la photographie...

14:51  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home