14.11.08

la chambre de la reine



je visitais pour la première fois versailles avec un fleuriste que j'hébergeais le week-end dans mon appartement, avant qu'il ne décrète qu'il n'aimait pas paris et que ce serait mieux que je le suive à toulouse, je posais le visage contre les carreaux du château, tournant le dos à la galerie des glaces et à la chambre de la reine, je laissais mon regard courir le long des toits et échapper vers le ciel, rejoignant dans ce geste les regards avant moi, et les aspirations, mortes de n'avoir été que des rêves sans espoir, j'acceptais pour me soustraire à un destin tragique de voler vers le sud un vendredi sur deux, je collais le nez au hublot, puis à la vitrine d'un magasin de fleurs, formulant des vœux imbéciles qui ne se réaliseraient pas, j'aimais à contre-temps, c'était l'hiver et je flétrissais à vue d'œil

jeff koons, large vase of flowers, château de versailles

3 Comments:

Blogger Appels d'air said...

Aussi, quelle idée, Versailles en hiver, un glaçon.

08:00  
Anonymous mysteriousrick said...

fleuriste, coiffeur.....


cent fois sur le metier il faut remettre son ouvrage. et non pas avec ouvrage il faut mettre son corps sous tous les metiers

19:12  
Anonymous lo said...

on appelle ça : la polyvalence, rick
lo.

22:18  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home