4.11.08

la rayure



je découvrirais par la suite que les couples d'hommes attisaient ma curiosité, qu'elle fût sexuelle ou non, j'avais cette faculté à pénétrer leur entité de façon sournoise, voire perverse, une fois à l'intérieur je sabordais inconsciemment leur relation en mettant le doigt au cœur des conversations sur tout ce qui n'était pas résolu et que leur confiance — bien que je ne la sollicitasse point — me permettait de saisir, je m'attachais pourtant véritablement à eux et leur fracture inéluctable me laissait à mon tour sur le carreau, anéanti, la partie se terminait souvent par des rencontres unilatérales qui de toute évidence ne satisfaisaient plus personne et je rayais ainsi paris méthodiquement sur mon plan de la ville, arrondissement après arrondissement

carter, galerie yvon lambert

4 Comments:

Blogger Appels d'air said...

restait cependant la périphérie

15:56  
Anonymous lo said...

au sens large, balthazar
lo.

15:58  
Blogger Lidia said...

le monde entier.
dis, lo, pourquoi quand je viens ici j'oublie majuscules et ponctuation. Je dois faire un effort honteux pour les placer, me souvenir de leurs existences
j'adore la photo...

17:17  
Blogger Appels d'air said...

>lo
oui, au sens large.

19:07  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home