9.10.08

le krach



j'avais démissionné au terme du congé sabbatique, je comptais sur mes relations dans le milieu éditorial pour trouver un nouveau travail, j'avais foi en la littérature aussi, l'année avait été riche en textes, en rencontres et en propositions, on m'avait offert des postes que j'avais refusés parce qu'ils ne me concernaient pas, les accepter n'aurait servi qu'à éteindre une panique monétaire qui semblait gagner le monde autour de moi, on parlait d'un équivalent du krach de 29 et je me voyais à l'unisson, ma crise de la quarantaine dépassait les limites de ma petite personne et engloutissait les marchés financiers, la bourse, wall street et les banques françaises, je savais que quitter mon emploi aurait des conséquences mais quand même

14 Comments:

Anonymous Lidia said...

Dans la vie il y a des cactus...
La photo est magnifique, on s'y piquerait...mais quand même...

14:41  
Anonymous lo said...

merci, lidia, de te piquer au jeu avec tant d'empressement
lo.

15:25  
Blogger Sébastien Hayez said...

Si tu veux travailler dans la littérature, il va falloir apprendre les compromis : user de ponctuation…

16:21  
Anonymous lo said...

« Dans les débats qu’a suscités, ces dernières années, la ponctuation des éditions originales du théâtre de Racine, le rôle des points de suspension a été laissé de côté. Cet article explore, dans une première étape, leur signification dramaturgique. Ils indiquent toute une variété d’effets, dont principalement ceux-ci : un personnage interrompt un autre, un personnage interrompt son propre discours, un personnage cesse de parler de sorte que son interlocuteur reprend la parole. Dans une deuxième étape, l’article se penche sur l’inscription de ces signes de ponctuation dans les éditions de Racine publiées au XVIIe siècle, examinant notamment le nombre extrêmement réduit de variantes ainsi que le nombre de points utilisés pour indiquer ce signe (entre 2 et 5). La cohérence de l’utilisation des points de suspension dans les différentes éditions suggère plutôt des choix dramaturgiques que des décisions arbitraires des compositeurs. La présence et la forme des points de suspension permettaient donc aux lecteurs de l’époque d’imaginer une représentation orale des vers raciniens, quoique celle-ci soit forcément différente de celle proposée sur scène par les acteurs, qui, eux, apprenaient leur rôle dans un manuscrit et non pas dans un livre imprimé. »
michael hawcroft, points de suspension chez racine : enjeux dramatiques, enjeux éditoriaux

16:42  
Blogger Appels d'air said...

> sébastien hayez
les compromis avec la ponctuation vous semblent impossibles, intolérables, je sens que vous pourriez heurter. Je trouve qu'il y a plein de bonnes choses ici, pas vous? Chez vous, j'ai trouvé un peu conventionnel pour ne pas dire convenu, sans vouloir vous heurter, quoiqu'un peu tout de même. C'est mon personnage qui veut ça.
Je trouve que ce blog est un de ceux qui utilise au mieux les ressources et les possibilités du médium, il parvient à inscrire une continuité dans ce médium qui a tout pour rendre toute chose éphémère, c'est une prouesse! Et les photos, la qualité? Mon vieux S.H. vous êtes vraiment conventionnel.
A mes risques et périls, votre,
Balthazar

16:55  
Anonymous edson arantes de nassimento said...

Dans le milieu footballistique qui est le mien ( en effet je bois des bières, rote et me gratte les co....) on appellerait ça un tacle... suivi d'un carton rouge...

19:32  
Anonymous le plumitif said...

et bien moi j'aime!
UN POINT C'EST TOUT.

19:42  
Blogger Appels d'air said...

Krack ou hue point d'interrogation

11:54  
Anonymous lo said...

(…)
lo.

12:37  
Blogger Appels d'air said...

.

16:20  
Anonymous helenablue said...

C'est vrai , je pense comme Lidia , dans la vie il y a des cactus ...
d'ailleurs Balthazar ne manque pas de piquant !!
j'aime beaucoup les points de suspension , dont j'abuse ! qu'est ce que cela cache ...

cherches-tu à dire que les conséquences dépassent l'entendement ?

Aïe!

18:16  
Anonymous Nicolas Bleusher said...

En légende : "Peau de cactus bien ponctuée..."

09:42  
Blogger Sébastien Hayez said...

je reviens un peu tard... j'adore cette absence de ponctuation et de Majuscules (ou Capitales mais bon...). Cela devient tellement simple et modeste. C'était donc ironique ;-)

13:06  
Anonymous lo said...

merci pour la mise au point, sébastien
lo.

12:46  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home