29.5.08

la tête haute



si l'allure avait été franche et la décision irrévocable, la démission avait laissé dans la bouche un goût d'amertume inexplicable et une fois sur le trottoir, l'entreprise dans le dos, force était de constater que j'accusais le coup, quelques longues minutes pendant lesquelles la respiration ne revenait pas, avant de balayer non pas les doutes, il n'y en avait aucun, mais un reliquat de mauvaise conscience que l'entreprise avait su employer contre moi pour que, quelle que fût la situation, sa responsabilité me soit invariablement imputée, et de poursuivre mon chemin, la tête haute parce que je n'entrais plus dans la combine

5 Comments:

Anonymous Anonyme said...

la tête haute...clairement!


B.

20:28  
Blogger temps said...

La tête haute est incompatible avec le monde de nombreuses entreprises.

22:42  
Blogger On-off said...

La "tête Haute" est un exemple pour nous autres, qui restons les yeux baissés dans cette entreprise ...
Bon vent à toi !
Passe nous voir de temps en temps.

08:31  
Anonymous lo said...

regard de statue, on-off, de lion vénitien
blanc et droit : je n'y vois pas l'œil baissé dont tu parles
avec confiance
et, à temps : rien n'est incompatible, tout est à (dé)faire
lo.

14:30  
Anonymous Anonyme said...

rien n'est à faire ni à défaire tout est à transformer. adaptation libre de blaise...

20:30  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home