24.10.09

le désespoir



je me ravitaillais chez delhaize sur anspach, apprenant sur la plaque du boulevard que l'homme avait été le bourgmestre de bruxelles à la fin du dix-neuvième siècle et m'amusant du mot, je levais le nez vers le ciel avec circonspection, depuis le matin le passage des longs courriers résonnait sur la ville, j'en accusais le vent, la mise en place d'une nouvelle ligne aérienne ou l'anniversaire de la deuxième compagnie belge à l'aéroport sud charleroi, je ramenais les courses en traînant la patte comme un animal usé — le sentiment me collait aux pompes —, j'avais fui la france dans l'espoir d'une tranquillité nécessaire mais le moteur des avions ronflait par-dessus mes pensées et je me désespérais en silence

1 Comments:

Anonymous le plumitif said...

votre silence, monsieur,assourdissant, parvient jusqu'a nos oreilles.

20:38  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home