6.9.09

l'inconscient collectif



en l'espace de quelques jours on avait rencontré un prophète, le roi de l'évasion, des bâtards sans gloire mais aux vertus cathartiques inattendues et une fille qui, si elle n'irait pas danser, aurait la bonne idée de réfléchir des relations familiales que je connaissais par cœur, d'en éclairer les travers sans pour autant les résoudre et d'en chercher une issue, rejoignant dans mon esprit synthétique les films précédents qui tous traitaient d'une échappée — à un destin funeste, à un quotidien sexuel, à un enfermement claustrophobe ou simplement à sa propre vie —, à croire que la liberté dont nous jouissions avait ses revers et que les artistes, mus par un inconscient collectif extraordinaire, y trouvaient à redire

4 Comments:

Anonymous Hugo Ceretti said...

quelle photo! elle accompagne à merveille le texte, le transcende, le dépasse.
Elle pose des questions...
L'auteur est il à coté de ses pompes?( veuillez pardonner ma trivialité)
Sommes nous tous destinés à suivre les rails qui nous conduisent à la fin inexorable que nous subissons tous... (cela nous ramène a l'un de vos billets précédents... Avez vous réellement vaincu vos peurs...)
Pouvons nous, malgré toute l'énergie,l'inventivité, l'imagination, la créativité et le talent que nous déployons, pouvons nous donc sortir des sentiers battus et marcher ailleurs en toute liberté hors des clous des rails....

20:30  
Anonymous Anonyme said...

je connais ces chaussures en tout cas...

20:54  
Anonymous lo said...

le photographe vous remercie de votre interprétation, hugo
l'auteur, quant à lui, aime bien (être à côté de) ses pompes
lo.

11:07  
Anonymous le plum said...

Eh monsieur Hugo on marche sur mes plates bandes.
Ainsi vous auriez pu dire...
Il faut lire entre les lignes( de chemin de fer) l'auteur nous montre la voie (ferrée) quelquefois il a un regard hagard( st lazare) et quelquefois il deraille... ses intérrogations nous filent des coup de pompes dans le train...
Mais il faut faire attention de ne pas prendre l'auteur aux mots...

Et rictus c'est que ce n'est pas drôle
Je suis fier de cette derniere phrase... je m'applaudis... clap clap

11:20  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home