8.7.09

la fragilité



je ne parvenais pas à détacher mon regard de la photographie que tu avais choisie pour la note précédente et qui me happait à chaque fois que j'ouvrais le blog, c'était le visage particulièrement qui m'attirait, une expression que je connaissais mais qui n'était pas mienne et se révélait étrangement alors que j'explorais mes racines, cherchant à quoi était due l'illusion — l'absence de barbe, le halo de soleil autour de mon crâne — je comprenais soudain que si le visage retenait l'attention, c'était bien le corps, sa position, son réquisitoire, qui sonnait faux et je me dépêchais de noyer le paquet dans la publication de nouvelles notes, afin que l'on me pardonnât d'être, ou de me croire, fragile

2 Comments:

Anonymous cagembraille said...

comme dirait mon amie la petite souris. tu es un petit peu tordu sur la photo. stouarte a little.

21:44  
Anonymous pipistrelle said...

pas mal de dos aussi mais arrete de te prendre la tête et de t'arrecher les cheveux..... la calvitie te guette.....

21:47  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home