28.6.09

les points noirs



les changements étaient imperceptibles mais tu étais attentif, peut-être trop, et je t'enjoignais à te détacher lentement du modèle, à t'éloigner avant que la bombe n'explose, tu n'abandonnais pas pourtant et je t'en étais à la fois reconnaissant et chaque jour davantage redevable : tu braquais ton œil au plus près, au plus intime, tu faisais par l'image le travail qu'un autre faisait sur mon esprit, comme on enfonce les ongles dans la peau pour en extraire inlassablement les points noirs, rêvant d'assainir une fois pour toutes un territoire que la pourriture ne laisserait pas en paix

0 Comments:

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home