12.9.08

le chantier



il fallait être efficace, tendre des câbles par-dessus les vides, il y avait un travail à faire ou à réinventer, il fallait se confronter aux mots et aux phrases, il fallait relire, corriger, mettre en forme, il fallait relire encore, traquer la faille, fatiguer les yeux et les disque-durs qui, par lassitude, finissaient par abdiquer dans un ronflement de vieil avion usé, je m'entêtais, je visais haut, je partais, certes, mais les manuscrits partiraient avec moi, ils emprunteraient d'autres lignes, aériennes ou virtuelles, mais l'important était là : il y avait des chantiers à mettre en œuvre, il fallait être lu et je serrais les mâchoires — le dentiste avait fixé le prochain rendez-vous à janvier, satisfait de son examen, les douleurs n'avaient pas d'origine somatique, avais-je des soucis?

4 Comments:

Anonymous Lidia said...

La photo pourrait à elle seule expliquer tes ennuis dentaires, en effet, on dirait de gigantesques tubes de réglisse, tu sais, fourrés de pâtes sucrées à souhait aux multiples couleurs (genre haribo.)
Superbe cette photo en parfaite communion avec tes dents "littéraires"

16:22  
Anonymous helenablue said...

Sur les dents , un paquet de noeud à démêler... pas des soucis , juste une tension intense ...
vaste chantier en réalité ...

je pense à toi , lo



@ Lidia : c'est vrai que ça peut faire penser à des gros réglisses fourrés !! et que cette photo est étonnante ...

19:01  
Blogger Appels d'air said...

Evitez Eurostar actuellement.

19:08  
Anonymous polipoterne said...

Magnifique photographie...
Délicieusement sucrée.

14:26  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home