23.7.06

l'innocence




elle creusait une pastèque, méthodiquement elle en retirait des énormes morceaux de chair rouge qu'elle épépinait, elle les gardait dans un grand bol, elle faisait de même avec plusieurs melons, elle coupait des dés d'abricot, de pêche blanche, de brugnon, elle remettait le tout dans la coupe saignante que dessinait après mutilation la pastèque ouverte, elle ne mélangeait pas, les fruits se seraient écrasés, mais elle laissait ainsi sur la table la béance déchirée, à l'apparence, maintenant que j'y réfléchis, d'un œuf d'alien vert et nervuré, sur laquelle on penchait le visage, confiant, gourmand, la main tendue, à cet âge où les choses n'ont pas de lien entre elles et les actes perpétrés par les adultes sont forcément les bons, ceux que l'on reproduira avec fierté, couteau à la main, avant d'en saisir le message -ou les conséquences

"notre histoire", palais de tokyo 2006, olivier babin

0 Comments:

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home