22.7.06



tu sais qu'il ne se passe rien l'été, les choses restent en suspens, comme dans les films de science-fiction lorsque le méchant balaie la planète de son super-rayon congelant et que la vie se fige, le vol des oiseaux s'arrête, le cours des torrents, les aiguilles des horloges et le battement des cœurs -sauf que l'immobilité se nappe d'une couche de glace et l'univers saisi s'apaise dans un silence éternel, alors que là

2 Comments:

Anonymous Jonas de Dieppe said...

L'indisposante absence alliée à la torpeur des touffeurs.
37°, oui, mais que ce climat-ci soit celui des entrailles en dialogue.
Vivement les mois en bre.

11:17  
Anonymous Shaggoo qui revient... said...

J'aime décidement beaucoup ces dernières pages de l'emploi du temps. Vivement les mots en bre.

16:14  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home