14.6.10

la nouvelle donne



on avait passé une drôle de semaine, incapables l'un et l'autre d'alimenter le blog pour une raison mystérieuse qui nous éloignait chaque minute un peu plus, on avait noyé le poisson dans le sommeil, au restaurant, au travail — tu avais repris une activité, comme je l'avais fait quelques mois plus tôt, on changeait de rythme —, devant des expositions que tu ne fixais pas avec ton objectif et qui laissaient mon esprit vide de toute pensée littéraire, on avait compris ce qui était en train de se produire au bar de la fusée, devant un orchestre de jazz qui donnait à la scène un air de film de woody allen, il avait fallu ce temps-là pour se retrouver et tu quittais paris à ce moment précis : peut-être était-on simplement malheureux, chacun à sa façon, et qu'il fallait l'entendre, au moins une fois, pour s'adapter, bon gré mal gré, à force de coups de pied et de coups de tête, à la nouvelle donne

3 Comments:

Blogger αяf said...

Un résignation qui ne dit pas son nom.

09:35  
Blogger François le niçois said...

si aucun des joueurs ne sait dans quel sens donner (et jouer), choisissez le sens que vous préférez, ça n'a pas d'importance

12:16  
Anonymous Anonyme said...

...

dododronte

10:35  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home