4.5.10

la récréation



autant une conversation unique — deux femmes qui parlaient ou la proposition unilatérale d’un échange téléphonique — me dérangeait lorsque j’écrivais, autant le brouhaha créé par l’ensemble des conversations d’un café m’enveloppait d’une douceur étrange où les voix se mêlaient, se chevauchaient, s’annulaient en somme, rendant inaudible la chose dite pour n’en garder que la rumeur, entrecoupée ça et là de pics sonores (un cri de bébé délaissé, un éclat de rire, un choc sur une table) et je calmais l’emportement qui m’avait questionné d’abord sur le choix du lieu pour me laisser aller à son atmosphère : les parents, après s’être débarrassés de leur progéniture à l’école, se retrouvaient le matin autour d’une tasse, formaient des groupes par affinités, riant, se confiant des secrets ou tombant amoureux, la récréation commençait

2 Comments:

Blogger Dododronte said...

ah la récréation...

23:09  
Blogger Desiderata said...

La récréation qui re-crée...

21:20  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home