20.4.10

la démarche



je rencontrais un blond pataud affublé d'un noir le dépassant de deux têtes, et moi d'une, qui me conseillait de changer de démarche au risque qu'il ne me démonte la gueule, et je lui souriais en continuant mon chemin, dans mon dos il s'énervait que je ne fasse pas cas de sa remarque et je crispais les poings en passant le porche de mon immeuble, sachant que j'y serais soit à l'abri, soit une victime acculée, je pouvais certes mourir pour ce qui me paraissait juste, et je pleurerais probablement sous les coups en espérant avoir été capable d'en asséner un ou deux efficaces avant de tomber, mais je n'abdiquerais jamais face à la bêtise absurde — mon cœur ne battait pas plus vite mais je me disais qu'il suffisait d'une fois et puis

0 Comments:

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home