23.1.10

la raison



j'avais passé les portes coulissantes du lycée après avoir annoncé le motif de ma visite, j'avais fait quelques pas dans le hall lumineux qui ouvrait sur une vaste cour rectangulaire, abritée des bruits de la rue par une enceinte épaisse, j'avais pris à droite — vers le tableau des absences des professeurs, par réflexe —, j'avais cherché les tables de ping pong qui avaient été mises ailleurs, j'avais parcouru les coursives jusqu'au plus haut étage, celui des dortoirs des classes préparatoires, j'avais quitté le lycée après le baccalauréat, renonçant à la place qui m'était réservée en lettres classiques pour la faculté de médecine, mon dernier contact avec l'établissement datait de plus de vingt ans, j'avais bloqué l'afflux des souvenirs en photographiant au hasard autour de moi, je me demandais si j'écrivais pour la même raison

4 Comments:

Blogger Laurence Bernard said...

le temps passe , le corps vieillit. mais un lieu , une odeur ,une couleur et nous sommes 20 ans avant,est-ce bon ?
J'aime beaucoup ton texte , je vous embrasse

11:11  
Anonymous charlotte said...

Ecrire pour bloquer ou laisser affluer les souvenirs?

16:23  
Anonymous lo said...

c'est bien la question, laurence, charlotte
lo.

16:27  
Anonymous RV said...

Comme au foot américain, bloquer, laisser affluer, marquer, célébrer...

23:38  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home