5.12.08

la sauvegarde



j'aurais pu passer des heures à me lamenter ou à tergiverser sur la marche à suivre lorsque l'ordinateur ne s'était pas allumé, mais en vérité, une fois le premier choc encaissé, j'avais ressenti une sérénité inattendue, c'était comme si je m'étais préparé à cela depuis le début, il n'était pas question de sauvegarde — je ne m'étais d'ailleurs pas dépêché d'en faire une, l'ordinateur retrouvé —, il n'était même pas question de perte, l'écriture n'était pas la somme des méga-octets de texte que contenait le disque-dur mais bien inscrite, enregistrée, imprimée dans mes neurones, la machine finalement ne servait que d'interface, elle n'était pas indispensable et pouvait être remplacée, moi pas

rabarama, trans-mutazione, paris

3 Comments:

Blogger natouO said...

ça c'est sûr... boire un café avec ton ordinateur me ferait beaucoup moins d'effet!

23:41  
Anonymous Maca'dame said...

Pour moi, le premier choc en faisant défiler ce billet, c'est que j'ai cru voir, non, j'ai vu , un énoooorme boa !! Rien à voir avec ton texte mais j'espère que mon disque dur ne l'a pas imprimé dans ma mémoire Brrrrrrrrrrrr!!!

18:19  
Anonymous lo said...

mieux vaut boa que couleuvre, maca'dame
lo.

16:46  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home