16.9.06

le patrimoine



il n'y avait aucune chance pour que je me constitue jamais un patrimoine, mon père n'ayant rien à me transmettre et moi assurément dénué de la moindre perspective d'être père, j'avais beau avoir brassé des dizaines de livres ne parlant que de cela dans le rayon que je tenais, j'avais beau avoir souscrit un plan d'épargne logement qui me servirait au mieux à survivre si je venais à suspendre mon activité, restait un château familial qui n'en était pas vraiment un, puisqu'il n'avait jamais été dans la famille dans le sens traditionnel de l'expression, il n'arborait aucun blason, ne portait aucun patronyme qui me rattachait d'une quelconque façon à son histoire, le château filerait vers d'autres mains à la première occasion, il n'y avait aucune chance non plus que je garde à long terme une famille et si j'avais la sensation parfois d'être seul dans ce cas de figure, le succès croissant des journées du patrimoine me convainquait que ce n'était pas vrai et que l'être humain, en perte exponentielle de repères, tentait tristement de se trouver des racines -la raison de son comportement irrationnel m'échappait néanmoins

3 Comments:

Anonymous Azure-Te said...

Là, c'est le rapport photo/texte qui me convainc, me foudroie.

02:54  
Anonymous mysterious rick said...

pour aller dans le meme sens que azure-te. Une question hante mon esprit. Qui de la poule ou de l'oeuf?
le photographe ou l'ecrivain?
qui est la muse?
la photo inspire t'elle l'ecrivain?
ou bien la photo cherche t'elle à coller à l'ecriture?

17:18  
Anonymous lo said...

le principe est aléatoire, rick
il n'y a pas de règles
nous nous rencontrons au quotidien, parfois nous biaisons, parfois nous nous inspirons l'un de l'autre
l'écriture et la photographie occupent respectivement notre emploi du temps
lh.

00:45  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home