8.11.09

les notes de frais



d'un dimanche à l'autre, ils se retrouvaient à nouveau à saint gilles, mais chez verschueren cette fois, après un court voyage d'une heure vingt entre paris sous la grisaille et bruxelles ensoleillée, comme on prendrait le bus d'une station à l'autre, achetant son billet à la dernière minute, intraçable, imprévisible, et je pensais à mes notes de frais, qui parlaient de capitales, de restaurants, d'un nombre incalculable de bières blondes, brunes et rousses, et de petits cafés ici et là, qui dessinaient elles aussi un plan de la ville assez juste, centré sur un dilettantisme professionnel et vagabond et qui pouvait faire croire, et c'en était sans aucun doute la raison, qu'il n'y avait rien de louche à tout ça — je recevrais logiquement ma suspension à la fin de la troisième semaine, avec la sensation amère de l'échec

0 Comments:

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home