7.11.09

le changement de code



la chance avait voulu qu'un changement de code inopiné oblige l'écrivain à attendre que quelqu'un lui ouvre la porte de l'immeuble où il avait l'habitude de résider dans la capitale, adresse pour laquelle je n'aurais eu aucune certitude si je n'étais pas moi-même passé devant alors qu'il y patientait, m'estimant chanceux je reprenais ma filature le samedi, en taxi cette fois, tandis qu'il sillonnait le quatrième et le cinquième arrondissement à moto avec son hôtesse, poussant jusqu'à palais royal où, lunettes fumées sur les yeux, ils rencontraient un agent britannique avec lequel ils s'abîmaient dans une conversation étroite dont, à travers les vitres d'un café de la galerie vivienne, je ne saisissais rien, sinon l'évidence que toute cette affaire m'échappait

4 Comments:

Anonymous cjeanney said...

j'adore, rien n'est prévisible !

19:03  
Anonymous Dominique Christ said...

Décidément, ces gens sont louches, ça fiche les jetons...

Heureusement que vous les suivez, pour nous aider à y voir clair.

16:55  
Anonymous lo said...

merci de me suivre les suivant, christine, dominique — et les muets
lo.

19:45  
Anonymous Dominique C. said...

"Un monsieur me suit dans la rue.
J'en avais rêvé bien souvent
Et fus d'avance tout ému...

Qu'est-ce qui va s'passer maint'nant ?"

22:04  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home