4.11.09

les pralines



à nouveau le mercredi les séparait et je renonçais à prendre le photographe en chasse : je découvrais un chocolatier belge et j'y engouffrais quatre pralines avec deux petits cafés, surpris au milieu de ma dégustation de les voir pousser la porte ensemble, s'adonner au même rituel que le mien, me sourire, soudainement complices, avant de me saluer et de disparaître, non sans avoir auparavant demandé si l'on y faisait des expéditions, et à quels tarifs, à quoi la vendeuse avait répliqué avec une adresse de site internet qui avait déçu l'écrivain pour une raison mystérieuse, et c'était comme si l'effet du chocolat avait brusquement disparu de ses traits, enjoués quelques secondes avant, atones à présent, alors qu'ils rejoignaient le quai aux briques

0 Comments:

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home