4.7.08

l'affranchissement



l'âge aidant, et à quelques jours de l'anniversaire, la perception du temps se modifiait, on évoquait les années qui restaient en dramatisant, on forçait le trait pour se rassurer ensuite, je me plaignais des comptes pour ma part, je pensais qu'il fallait s'affranchir des dates et des heures, des chiffres et des calculs, je disais que les saisons devaient prévaloir sur le calendrier, il n'y avait qu'à se laisser aller sereinement au rythme des jours et des nuits — comme un fait exprès, l'horoscope d'un site que je fréquentais assidûment s'était alors bloqué à la date de la veille et je ne décolérais pas, incapable d'en supporter le message désormais unique, définitif et universel

3 Comments:

Anonymous mohamed said...

Les premiers mots de l'un de mes livres préférés.

«Je viens d'avoir trente-quatre ans, la moitié de la vie. Au physique, je suis de taille moyenne, plutôt petit. J'ai des cheveux châtains coupés court afin d'éviter qu'ils ondulent, par crainte aussi que ne se développe une calvitie menaçante. Autant que je puisse en juger, les traits caractéristiques de ma physionomie sont: une nuque très droite, tombant verticalement comme une muraille ou une falaise (...); un front développé, plutôt bossué, aux veines temporales exagérément noueuses et saillantes (...). Mes yeux sont bruns, avec le bord des paupières habituellement enflammé; mon teint est coloré; j'ai honte d'une fâcheuse tendance aux rougeurs et à la peau luisante. Mes mains sont maigres, assez velues, avec des veines très dessinées; mes deux majeurs, incurvés vers le bout, doivent dénoter quelque chose d'assez faible ou d'assez fuyant dans mon caractère. Ma tête est plutôt grosse pour mon corps; j'ai les jambes un peu courtes par rapport à mon torse, les épaules trop étroites relativement aux hanches. Je marche le haut du corps incliné en avant; j'ai tendance, lorsque je suis assis, à me tenir le dos voûté; ma poitrine n'est pas très large et je n'ai guère de muscles. J'aime à me vêtir avec le maximum d'élégance; pourtant, à cause des défauts que je viens de relever dans ma structure et de mes moyens qui, sans que je puisse me dire pauvre, sont plutôt limités, je me juge d'ordinaire profondément inélégant; j'ai horreur de me voir à l'improviste dans une glace car, faute de m'y être préparé, je me trouve à chaque fois d'une laideur humiliante».

L'âge d'homme de Michel Leiris

19:09  
Anonymous Shaggoo said...

Il faut absolument changer de lecture, Mohamed ! :)

10:55  
Anonymous lo said...

l'âge d'homme ne laisse manifestement personne indifférent : je viens d'avoir quarante-et un ans, la moitié de la vie, au physique je suis de taille moyenne, plutôt grand… je vous laisse poursuivre
lo.

15:10  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home