14.12.06

le règne



il y avait de plus en plus d'animaux la nuit, ils envahissaient mes rêves, les museaux pointaient derrière les portes entrebâillées, les fourrures glissaient contre mes jambes, mon dos, je sursautais, la main enfouie dans une masse de poils noirs, les eaux étaient filantes, agitées, les cieux obscurcis par le vol des étourneaux, au matin ne me restait des rêves rien d'humain, mais la sensation préhistorique d'appartenir à un autre règne

2 Comments:

Anonymous Anonyme said...

Tu rêve du Sam Weber toi ?

07:51  
Anonymous lo said...

je n'aime pas tout, mais c'est bien vu
merci, s
lh.

16:16  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home