4.12.06

la faute



il n'y avait pas de place pour le doute, l'erreur n'était pas permise et le passe dans sa main gauche en était une, c'était comme s'il t'avait ouvert la voie, tu lui avais emboîté le pas dans l'ascenseur, avant qu'il n'ait eu le temps de crier, tu avais enfoncé ton coude dans la pomme d'adam, brisant le cartilage, il avait lâché le passe de douleur, le regard exorbité, conscient -mais trop tard- que le piège se refermait sur lui, sa nuque avait cédé bien avant que le passe ne touche le sol, il te restait quatre étages pour te débarrasser du corps et endosser son rôle, c'était plus qu'il ne te fallait

0 Comments:

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home