6.12.06

les cauchemars



tu faisais des cauchemars depuis l'enfance, tu ne te souvenais pas de nuits sereines, des images t'avaient marqué à jamais, une grand-mère cannibale, le regard d'une enfant affamée, une femme-araignée dans une bibliothèque, il y avait eu des parkings déserts, des sous-sols et des poursuites, les dents d'un loup sur tes jambes en morsures répétées et nombre de trahisons, tu ne redoutais pas les cauchemars, outre le réveil brutal qu'ils provoquaient -et parfois tu criais, réveillant aussi l'autre, à tes côtés- ils ne te dérangeaient pas, ils signalaient une activité intense du côté de ton imaginaire, ils disaient ta capacité à engranger de l'information au quotidien pour la transformer pendant la nuit, ils témoignaient d'une tendance à la création, les cauchemars comme les rêves -car il y en avait aussi, et certaines jouissances avaient ancré un souvenir équivalent dans tes bases de données- disaient que tu étais un artiste, tu n'avais pas besoin de les noter au réveil, tu ne l'avais jamais fait, rêver, c'était écrire, le cauchemar n'était au fond qu'une affaire de style

0 Comments:

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home