9.5.06

l'autre côté



elle a rêvé de nombreuses fois qu'elle revenait à l'appartement, les années avaient passé, elle avait changé, elle sonnait à la porte, elle ne se demandait pas comment cela se faisait que rien ne se soit modifié après tant d'années, la plaque avec le nom de ses parents n'avait pas terni, la sonnette retentissait à l'identique de ses souvenirs, de même l'ascenseur, la cage d'escalier sombre ou le bois verni de la porte d'entrée, derrière l'œilleton on demandait ce que l'on voulait, elle répondait que c'était elle, parfois c'était son père derrière la porte close, parfois sa mère, dans son scénario la porte s'ouvrait invariablement et l'un comme l'autre s'effondrait en larmes en découvrant la magnifique femme qu'elle était devenue, c'était un rêve cinématographique, elle-même pleurait de bonheur dans ces retrouvailles artificielles, pour peu son frère vivrait encore à la maison et s'enthousiasmerait à la suite de ses géniteurs de la merveilleuse apparition, elle sait pourtant que dans la réalité, la porte resterait fermée et que si jamais elle s'ouvrait, ce ne serait pas des larmes de joie qui accueilleraient l'inconnue, mais le drame classique d'une famille dévastée par le chagrin, elle pleure encore quelquefois sur la scène idyllique, mais ce n'est plus la réaction des autres qui l'émeut, c'est davantage la perte de ce qu'elle était alors, innocente, absolutiste, convaincue, persuadée que le jour viendrait où elle trouverait le courage de franchir le cap et de passer de l'autre côté où, éternellement belle, elle s'attendra pour toujours

3 Comments:

Anonymous Azure-Te said...

C'est un beau rêve, Lo, que nous pourrions tous faire, que nous faisons tous peut-être.
Mais oui, quand les morts reviennent, faut-il leur ouvrir la porte ? On hésite, on ne sait pas. Et là, j'hésite, je ne sais pas.

14:27  
Anonymous sandrine said...

Tétanisée je suis à la lecture de mon rêve récurrent, celui d'une autre ?
Des années de psychanalyse n'en sont pas venues à bout. Le cauchemar revient toujours me foudroyer, avec ses invariables déclinaisons.
Tu creuses pour moi, je tombe dans le trou ! :-)

01:03  
Anonymous lo said...

beau rêve ou cauchemar, mettez-vous d'accord ;-)
lh.

19:01  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home