9.5.09

le vieux copain



lorsque j'entrais dans une église, et tout athée que je me définisse, je m'adressais silencieusement à une autorité supérieure que je tutoyais sans scrupule comme on retrouve un vieux copain, à qui je confiais avidement le problème qui me tracassait alors et auprès de laquelle je formulais des vœux en haussant malgré moi les épaules, me trouvant un peu stupide, superstitieux peut-être, le mot religion lui ne venait jamais, qui restait associé dans mon esprit à des persécutions notoires et à une intolérance flagrante, je quittais le lieu sans illusion ni signe de croix, le dos pourtant lourd d'un fardeau universel

2 Comments:

Anonymous lidia said...

La photo est magnifique, le texte est une prière ou une confession, Dieu seul le sait.

20:25  
Blogger brigetoun said...

ayant grandi,jadis, en compagnie de gens qui étaient familiers du vieux copain, et passé la prime adolescence ne l'étant plus, je goûte vraiment pour ce qu'elles ont de magnifiques ce que les hommes ont créé pour lui, architecture, peinture, musique et écrits

23:30  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home