9.1.07

la diplomatie



je serrais la main de ce directeur littéraire qui, quelques années auparavant, avait refusé le manuscrit de mon deuxième roman dans une lettre personnalisée, ce qui en soi était déjà une bonne chose me faisait-il remarquer alors que je lui en rappelais non sans ironie les détails, je l'avais à l'époque voué à toutes les furies, je souriais à présent et me montrais sympathique, je me demandais dans le même temps quelle en était la cause, si la politesse l'emportait naturellement ou si la possibilité d'une quelconque ouverture par cette rencontre avait raison de ma rancune d'antan, l'hypocrisie gagnait-elle du terrain ou était-ce au contraire un signe de sagesse et de diplomatie que de renoncer à un orgueil puéril pour un détachement lucide, fortement favorisé cela dit par la présence dudit roman publié chez un autre éditeur sur une table voisine de la librairie?

"welcoming hands", louise bourgeois

0 Comments:

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home