12.4.06

après

«vous savez bien qu'on n'a pas le choix»
beverly, nouvelle étoile

tu n'as pas eu le choix, tu es arrivé là, on ne t'a pas demandé ton avis, tu te demandes si des gens sont heureux, malgré l'issue, si des gens parviennent à ne jamais y penser, tu t'endors le soir en te demandant si tu seras là le lendemain, tu te demandes si tu as tout réglé, tu sais bien que non, tu ne te relèves pas pour aller mettre de l'ordre dans tes papiers, tu ne termines pas le travail en cours, tu fermes les yeux plus fort, tu essaies de ne pas aller vers ça, mais c'est forcément là, tu n'avais rien demandé, il n'y avait rien à demander, il n'y avait rien, tu as fait cet exercice à plusieurs reprises, de te projeter dans le passé puisque le futur est inconnu, tu t'es répondu à toi-même qu'il ne l'était pas tant que ça, quand marie-antoinette passait sous la guillotine, tu étais où, toi? quand les frères lumière inventaient le cinéma, où étais-tu, à quoi pensais-tu? quand le siècle a basculé le 31 décembre 1899 à minuit, tu étais où? tu ne trouves pas de réponse en toi, aucun écho du néant dans tes neurones, ce devrait être là, l'avant toi -ou bien, comme l'après, cela ne te concerne pas, tu n'y avais pas ta place comme tu ne l'auras plus, il y a un destin et ton rôle sera terminé, aussi bref aura-t-il été, aussi inutile à tes propres yeux et aux yeux des hommes, ton rôle, ton passage, ton moment sera fini, tu as raison de pleurer sur ton sort maintenant, il n'y aura plus de larmes après

2 Comments:

Anonymous Marc-Antoine said...

"On a toujours le choix"
(cocher la case correspondante)
o Jean-Paul Sartre
o Dove
o Joseph O'Connor
o La chèvre, entre le chou et le loup

09:02  
Anonymous a.k.a. hannah said...

Ca y est. Je ne suis plus un Fisher. Tous sont morts et moi avec eux, le dernier. Je relis 'après' et je repense à eux, à moi parmi eux et je me dis que j'ai bien fait de verser toutes les larmes de mon corps pendant qu'il était encore temps... Nous aussi, de ce côté de l'écran, levons nos verres. A Nate... à Nate... à Nate... aux Fisher !

10:48  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home