1.11.06

la rencontre



je me demande comment deux hommes qui, disons, travailleraient dans une même entreprise et ne se seraient pas encore croisés de la journée, se rencontrant devant les pissotières, se saluent, appareil urinaire en main, coup de tête ou bonjour banal, anodin, avant que chacun retourne à sa besogne respective, s'ils se regardent, où se pose le regard, capturé d'œil à œil ou échappe-t-il vers le bas, dépassant le sexe de l'autre pour ne pas chercher la comparaison, et tout cela sans même évoquer le rapport hiérarchique, s'il y a gêne lorsque le premier liquide frappe la porcelaine, s'il y a concours lorsque le deuxième flux répond en écho, si l'éclaboussure est un risque couru, reconnu, accepté par l'un et par l'autre venant de lui-même ou de l'urine mitoyenne, s'ils se sourient, ces deux hommes brusquement voisins de la plus extrême intimité, s'ils partagent quelque chose dans ce moment unique qui peut, plannings aidant, ne jamais se reproduire, s'ils trouvent finalement naturel de se débraguetter ainsi, côte à côte, et si oui, pourquoi

1 Comments:

Anonymous Sébastien said...

Arrête de te poser toutes ces questions, fais comme moi, n'utilise pas les urinoires...point.
Mr Kuta

21:47  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home