17.2.06

la trace



tu n'étais jamais sûr de lui, tu pensais qu'il ne t'aimait pas suffisamment, tu avais pris l'habitude de chercher des réponses dans les horoscopes quotidiens que tu écoutais à la radio, que tu lisais dans les journaux, tu t'accrochais à toute déclaration positive, les jours où les mots présageaient des querelles ou des déceptions, tu te repliais sur toi-même, souvent tu évitais son regard, tu ne voulais pas qu'il y lise ton manque de confiance, tu tournais la tête quand il t'embrassait au moment de quitter la maison, ses lèvres effleuraient ta joue, tu fermais même les yeux, tu entendais la porte claquer, tu te jetais sur le lit, tu espérais que la journée s'effacerait de ta conscience, tu souhaitais qu'elle n'existât pas mais la journée, bel et bien, existait et tu frappais ton front contre le mur blanc jusqu'à y laisser la trace de tes cheveux longs, que tu dissimulais ensuite derrière les oreillers

0 Comments:

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home