6.2.07

ultime



la question revient souvent du rythme, de la cadence donnée, la question revient souvent du temps alloué à l'écriture, à la réflexion qui précède la note, la question est posée de la discipline, de l'abnégation, du stock photographique que cela demande, de la concordance entre l'écrit et le visuel, du modus operandi, la question demeure de la volonté, de la constance, la question tourne autour de la rigueur, d'une vision esclavagiste de l'art qui contraint à la création, à la rentabilité, ne sont évoqués que très rarement la satisfaction, le plaisir, le moment où la note est postée, le doigt sur la souris qui caresse et la page qui se déploie, qui s'offre dans son intégrité, dans sa cohérence, dans sa réussite, la question se pose alors de la lecture, de la réception, de l'éventuelle publication, du passage, de la transformation, de l'évolution, de la fin, de la mort, les questions reviennent, jamais les réponses

"l'emploi du temps", février 2006 - février 2007
© textes : laurent herrou / photographies : jeanpierre paringaux

17 Comments:

Anonymous Lefred said...

"tout finit afin que tout recommence,
tout meurt afin que tout vive".

Jean Henri Fabre

12:05  
Anonymous Azure-Te said...

.
Ultime comme final ?
Copyright conclusif ?

13:29  
Anonymous claire said...

Comme ça sans prévenir? Va falloir nous donner un p'tit queqchose à nous mettre sous la dent pour adoucir le sevrage dis donc... Une petite newsletter? Un portofolio? Une expo, un pestacle, une publication, une lecture... Vous pouvez pas nous abandonner sèchement comme ça? Si?

19:20  
Anonymous aka hannah said...

On peut dire adieu à l'emploi du temps comme on a dit adieu aux Fisher. On sait très bien qu'ils ne nous quitteront jamais vraiment.
Au revoir... et merci

23:50  
Blogger Christie said...

j'ai pris un immense plaisir à vous lire

enfin, pas que du plaisir

mais je suis devenue fidèle des questions que vous nous posez

04:51  
Anonymous jaja said...

Superbe photo,tellement dans "l'air du temps" depuis quelques jours, depuis ces petits jours où beaucoup se sentent privés du petit panache de fumée qu'ils avaient le droit de rejeter dans l'air. Cigarette géante, comme à l'agonie, coupée en deux, et qui laisse échapper un misérable petit soupir...J'EXIGE encore des photos comme celle-ci ! Merci, merci, pour vos délicieux instants de poésie.

18:37  
Anonymous le plumitif said...

chronique d'une mort annoncée.
jubilation interne du "manipulateur" qui nous met en etat de dependance et de manque.
Il lit nos "comments" et ne nous repondra pas.trop fort.Adieu l'artiste on t'aimait bien.
remember the phoenix

18:41  
Anonymous Mohamed said...

J'espère que cette note est un aurevoir et non un adieu. Un internaute qui visite régulièrement mon site m'a laissé aujourd'hui ce message:"il serait peut être temps d’éteindre cette lumière, un peu d’obscurité est parfois préférable."
Jamais je n'aurai pensé en venant sur l'emploi du temps que ce conseil serait suivi d'effet.

21:40  
Anonymous coumarine said...

bonne chance à vous deux...il me semble comprendre que vous allez vers la publication. Je vous souhaite le meilleur
Fais-moi signe si tu viens à la foire du livre à Bxl...

21:44  
Anonymous Sébastien said...

Bon, c'est un peu vache de nous laisser comme ça...Heureusement que nous vous avons à portée de mains, la séparation est donc moins douloureuse, et les perspectives de nos avenirs communs réjouissantes..
Nous vous embrassons,
Sébastien et Johanne

17:05  
Anonymous Quad said...

Questions partagées.
Mais que faire d'autre que recommencer ?

00:08  
Anonymous lo said...

sachez que nous revenons, nous lisons, nous sourions
lh.

13:00  
Anonymous daryl said...

fare thy well

14:10  
Blogger temps said...

Qui emploit qui ?
ou quoi emploit qui ?
ou bien encore qui emploit quoi ?
Est que l'idée s'identifie au mot ?
est-ce que les mots peuvent être arrêté sur une idée ?
Cordialement

01:44  
Anonymous lo said...

«c'est fatigant, évidemment, c'est absorbant, le temps manque peut-être pour pommader l'âme, mais on ne peut pas tout avoir, le corps en bouillie, la conscience à vif et l'archée comme au temps de l'innocence, avant la chute, sans filet, oui, c'est un fait, le temps manque pour l'éternité»
samuel beckett, mercier et camier

18:25  
Anonymous Jonas said...

Ça finira bien par démanger ;p

12:42  
Blogger lin said...

fois dedans… Merci d'être là
Un blog de haute qualité.C'est le type de blog qui me plaît et dont lesquels je partage mon point de vue modeste.

voyance gratuite

11:30  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home