28.2.06

stendhal



elles m'ont dit de ne pas boire, elles m'ont dit qu'il ne fallait pas boire, elles m'ont dit : ne bois pas, elles ont dit : tu sais, boire, ce n'est pas forcément bon pour la santé, elles ont dit que je pouvais boire finalement, avec tout ce qui se passait autour d'elles, elles ont dit : bois, allez, elles ont dit : mange salé, mange ce que tu veux, tu n'as rien, j'avais fait des analyses de sang, à part le cholestérol un peu élevé… elles m'ont dit que j'étais hypocondriaque, je leur ai répondu que je le savais déjà, j'ai répondu que j'avais mal des fois, dans la tête, brusquement, j'ai dit aussi la sensation des carotides bouchées, la douleur dans le bras gauche, l'impression d'étouffer dans la poitrine, la nuit, les angoisses brutales, j'ai dit que j'avais tout étudié, que je connaissais tous les symptômes, il y avait un nom pour les étudiants en médecine qui se sentaient en danger de mort, qui reconnaissaient en eux toutes les maladies qu'ils avaient travaillées à la faculté, un nom d'auteur, français, la littérature, stendhal, mais après avoir vérifié, j'ai été surpris de découvrir que ce que j'attribuais à un désordre médical était en réalité un syndrome artistique, elles ont dit : tu n'es pas malade, j'ai répondu que je le savais bien, elles ont demandé ce que je voulais boire, j'ai proposé une bouteille de vin rouge, un vin italien, on a levé nos verres

2 Comments:

Anonymous rick said...

on boit tes paroles telles des gorgees de rosé raffraichissantes par ces chaleurs torrides qui invitent aux gorges deployées, mais par pitié pas de vin italien.... il fait mal à la tête et reste en travers de la gorge.

18:45  
Anonymous lo said...

étrange, rick, que ce soir justement, je retourne avec elles dans ce restaurant italien que cette note, ancienne, évoquait, y boire un vin italien qui, crois-moi, enivre sans saoûler
à bientôt
lh.

18:56  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home